01 34 75 40 39 Mairie Seraincourt

Monuments

Cliquer pour découvrir

 

Église Saint-Sulpice
• Église Saint-Sulpice Classée monument historique par arrêté du 7 janvier 1930 : Elle est d’origine incertaine, et était desservie par des chanoines Prémontrés de 1175 à 1791. D’un aspect extérieur très hétérogène, l’église réunit des parties de quatre principales époques, et sa structure ne peut se comprendre qu’en regardant l’intérieur. Contrairement à ce que suggère la fenêtre gothique flamboyante du chevet, qui n’est pas antérieure à la fin du XVe siècle, les parties les plus anciennes sont le chœur voûté en berceau, la base du clocher et le clocher lui-même, qui abritent des chapiteaux romans d’une facture archaïque, et devraient remonter à la période comprise entre 1110 et 1125 environ. La mouluration des arcs-doubleaux est loin d’être la règle à cette époque, ce qui confère à l’église un rôle de précurseur. Le clocher est quant à lui un prototype des clochers en bâtière à colonnettes d’angle du Vexin français. Sans doute après l’installation des chanoines, l’église est pourvue d’un nouveau croisillon nord et d’une chapelle latérale nord du chœur, qui sont de style gothique primitif, hormis un portail d’apparence romane. Le voûtement d’ogives est peut-être effectué après coup, au début du XIIIe siècle. C’est au premier tiers du XIVe siècle qu’une vaste chapelle de deux travées est édifiée au sud du sanctuaire. Elle affiche le style rayonnant tardif, et est d’une architecture très soignée. Quant à la nef, qui s’apparente extérieurement au croisillon et à la chapelle nord, elle date seulement de 1863, mais les blocs sculptés et les matériaux proviennent en grande partie de l’ancienne nef, ainsi que les colonnettes à chapiteaux du portail occidental, qui se situait initialement au sud.
La Mairie
Mairie, rue des Vallées (RD 205) : Cette maison au pignon aigu recouvert de bois était le pavillon de la Bretagne à l’Exposition spécialisée de 1937 de Paris. Démontée et reconstruite, elle a été offerte par Henri Blum, le maire de l’époque.
Le lavoir de RUEIL
Ce lavoir récemment restauré est l’un des derniers encore visibles sur la commune qui en a compté jusqu’ à 17 dans le hameau de Rueil, on a dénombré 6 mais un seul était public. Construit en 1874 en forme d’atrium il est fermé sur 3 côtés par de hauts murs en moellons enduits. Son toit à impluvium en zinc recueille des eaux de pluie qui tombe directement dans les bassins. Il repose sur des poteaux en fonte, L’eau jaillit d’une petite fontaine alimentée par une source située dans le parc du château voisin , pour se jeter dans le premier bassin qui communique avec le second par une vanne mobile. Les pierres à laver, inclinées vers les bassins sont encore apparentes, ainsi que les pavés de grès de l’espace de circulation.
Fontaine publique
De 1874, rue de l’Aubette (RD 43), au carrefour avec la RD 205
• Château de RUEIL
(propriété privée) Organisation de réception.
La tombe du Général Friant
Le général Friant est l’une des étoiles les plus brillantes sur le firmament des gloires militaires du Premier Empire. La liste des batailles auxquelles il participa, c’est toute l’histoire des triomphes et désastres de l’Épopée napoléonienne.